• Félins

    Tigre

  • Nuit des musées

    Crocodile Africain

  • Coquillages

  • Coquillages

    Terrestres

  • Muséum

    Organiste

archives hors les murs

LEs Vacances du koala

 

Le Koala du Muséum s'offre quelques mois de vacances en Bourgogne. En effet, il s'expose du 14 février au 29 août au Muséum d'Auxerre dans leur nouvelle exposition intitulée "Aliens, des espèces venues d'ailleurs". Cette exposition traite des espèces invasives et de leurs conséquences sur la biodiversité locale. La biodiversité de l'Australie s'est vue très perturbée lors de la colonisation par les européens au 18e siècle qui ont introduit de nouvelles espèces telles que le renard, le chat, le lapin qui sont de nouveaux prédateurs de la faune locale ou qui entrent en compétition avec les espèces locales.

Le Koala, après avoir été chassé pour sa fourrure est aujourd'hui protégé en Australie, mais il est la proie des chiens et des renards. Il est aussi victime de nombreux accidents de la route et souffre des sècheresses de plus en plus intenses et de la réduction de son habitat naturel à cause de la déforstation.

Des enfants en plein atelier sous le regard bienveillant de notre Koala! (c) Muséum d'Auxerre.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette exposition, vous pouvez consulter le dossier de presse

 

 

Décollage de meteorites !

Quatre spécimens issus de la collection de météorites du Muséum d'Histoire Naturelle se sont envolés vers le Muséum d'Auxerre pour participer à l'exposition "METEORITES" qui sera visible du 19 septembre 2015 au 17 janvier 2016.

Pendant 4 mois, elle cotoieront d'autres météorites et seront vues par des centaines de personnes curieuses de découvrir leurs origines, ce qu'elles nous apprennent sur l'espace et les mythes et idées reçues qu'elles ont inspirés.

Mais rassurez-vous, la météorite d'Orgueil est toujours visible sous sa cloche de verre !

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette exposition, vous pouvez consulter le dossier de presse

 

Les pigeons voyagent !

Depuis le 14 février, une dizaine de spécimens de pigeons et un coq Bankiva sont partis en direction du Muséum d'Histoire Naturelle de Bayonne pour y être présentés dans le cadre d'un exposition temporaire intitulée : "Domestication, une empreinte de l'Homme sur le vivant".Pigeon capucin. (c) Muséum d'Histoire Naturelle V. Brun, O. Duchein

Ainsi, jusqu'au 7 juin, ils côtoieront d'autres animaux que l'Homme a domestiqué au cours des siècles pour se nourrir, se protéger ou se divertir. Ils viendront ensuite reprendre leur place au sein de l'exposition permanente.

Pour en savoir plus sur cette exposition, cliquez ici.

 

Le Muséum fête ses 160 ans à la MEMO

 

Pour les 160 ans d'ouverture au public du Muséum d'Histoire Naturelle Victor Brun, ce dernier s'est associé à la Médiathèque de Montauban et aux Abattoirs-FRAC Midi-Pyrénées pour une exposition intitulée "Archeologie du futur" à la croisée entre des sciences et de l’art contemporain, qui interroge les rapports que l’homme entretient avec la nature et invite à se projeter dans l’avenir.

Cette exposition se présente en 3 espaces bien distincts:

Espace 1: Oeuvre de Myriam Ramousse.

Cette artiste-plasticienne a travaillé sur les collections du Muséum qu'elle a photographié sous une bâche protectrice. Le tout s'accompagne d'une installation et d'une vidéo qui complètent la série photographique et évoquent leur redécouverte lors d’une expédition scientifique imaginée à l’horizon 2060. L’artiste utilise ici les codes de la science-fiction pour interroger le futur, la rencontre avec l’«inconnu», qui est « autre » en même temps qu’une partie de nous-mêmes.

Espace 2 : Oeuvre de Mark Dion

Elle se décompose en deux parties:

D’un côté, Mark Dion a reconstitué ce qui pourrait être l’atelier d’un archéologue, avec le matériel et le résultat de diverses campagnes de fouilles archéologiques. A l’occasion de cette exposition, divers éléments archéologiques, zoologiques ou ostéologiques ont été puisés directement dans les réserves du Muséum d’Histoire Naturelle Victor Brun de Montauban en complément des pièces déjà présentes dans l’oeuvre.

En regard de cette installation se dresse un ours animatronique* accompagné de sa progéniture, tous deux recouverts de bandages par l’artiste. Ils étaient présentés dans la grotte du Mas d’Azil en Ariège.

A travers cette fiction scientifique soigneusement élaborée, Mark Dion pointe l’ambiguïté de notre époque qui perfectionne sa connaissance de la nature et du vivant tout en contribuant consciemment à sa destruction.

Le travail de l’artiste américain Mark Dion, né en 1961, explore les croisements entre art et science, visions et production de connaissance, collection et modes de présentation. L’artiste adopte fréquemment la posture et les méthodes d’un scientifique, d’un archéologue, d’un collectionneur ou d’un biologiste afin de porter un regard parfois humoristique, souvent critique, sur les relations entre culture et nature.

Espace 3 : Espace d'étude

Dédié à la consultation, l’expérimentation, cet espace invite chaque visiteur à aller plus loin dans sa découverte de l’exposition. Des documents et des supports interactifs lui permettent de mieux connaître les espèces. Une approche physique de certains spécimens est possible grâce à quelques outils scientifiques laissés à la disposition du public.

De nombreuses animation sont prévues autour de l'exposition ainsi que des visites guidées. LA programmation détaillée est à voir sur le site de la MEMO.

 

 

Un ours s'expose à toulouse

 

L'espace Croix-Baragnon de Toulouse organise en regard de l'exposition "Ours, mythes et réalités" qui se déroule actuellement au Muséum de Toulouse, une exposition intitulée "L'ours, objet de convoitise" qui regroupe de nombreuses représentations de l'ours dont celles de Jean-Charles de Castelbajac.

Aux côtés d'oeuvres décalées, puissantes et tendres, quoi de plus normal que d'y trouver un vrai ours, fait de peau et de poils, pour servir de repère dans cet univers où l'ours prend des formes très diverses, au gré de l'inspiration de ses créateurs.

Plus d'informations ici.

 

 

 

 

(c) Espace Croix-Baragnon

 

 

Des spécimens du Muséum font escale aux Galeries Lafayette !

 

Si vous poussez les portes des Galeries Lafayette de Montauban, vous risquez de croiser un renard, une fouine, un lapin et bien d’autres surprises. En effet, la direction du magasin a sollicité la Ville de Montauban pour le prêt de quelques spécimens naturalisés pour illustrer une campagne intitulée « en mode sauvage ». Ainsi, un espace a été aménagé pour accueillir ces visiteurs un peu particuliers qui semblent en transit entre deux expositions, positionnés sur des caisses de voyage estampillées « travellers chic ». Cette escale n’est que temporaire et le départ de leur correspondance est prévu le 15 avril, alors faites vite ! Vous pourrez néanmoins les retrouver ensuite au Muséum, entourés d’autres voyageurs, venus pour la plupart du bout du monde !

 

 

(c) Aude BERGERET, Muséum V. Brun